Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/113

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



XVI

En remontant, Lévine trouva sa femme assise devant son nouveau service à thé et un samovar d’argent également neuf. Elle avait servi une tasse de thé sur la petite table à Agafia Mikhaïlovna et lisait une lettre de Dolly avec qui elle était en correspondance suivie.

— Voyez, notre dame m’a ordonné de m’asseoir ici, dit Anna Mikhaïlovna en souriant tendrement à Kitty.

Ces mots prouvèrent à Lévine la fin d’un drame domestique survenu dernièrement entre Kitty et Agafia Mikhaïlovna. Il voyait que malgré le chagrin qu’elle avait causé à celle-ci en s’emparant des rênes du gouvernement, Kitty, victorieuse, était cependant parvenue à s’en faire aimer.

— Tiens, voici une lettre pour toi, je l’ai lue, dit Kitty en tendant à Lévine une lettre dépourvue