Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/271

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— J’ai entendu dire que les champignons blancs croissent plutôt à la lisière des bois, mais je ne connais pas bien les champignons blancs.

Quelques minutes s’écoulèrent encore. Ils étaient encore plus loin des enfants et tout à fait seuls. Le cœur de Varenka battait si fort qu’elle en entendait les coups et se sentait pâlir et rougir.

Devenir la femme d’un homme comme Koznichev, après sa situation chez madame Sthal, n’était-ce pas pour elle le comble du bonheur ! Et de plus, elle était presque sûre d’être amoureuse de lui. Le sort allait se décider.

La situation devenait terrible. Tout ce qu’il allait dire et faire avait tant d’importance !

C’était le moment ou jamais de s’expliquer. Serge Ivanovitch le sentit aussi.

Le regard, la rougeur, les yeux baissés, tout en Varenka décelait l’attente douloureuse. Serge Ivanovitch le remarqua et la plaignit. Il sentit même qu’il l’offensait en se taisant. Il s’efforça de se rappeler ses réflexions en faveur du mariage ; il se rappela les paroles qu’il avait préparées, mais au lieu de cela, d’une façon tout inattendue, il demanda ;

— Quelle différence y a-t-il entre un champignon blanc et un champignon de bouleau ?

Les lèvres de Varenka tremblèrent en répondant :

— Il n’y a de différence que dans le pied.

Et aussitôt ces paroles dites, tous deux sentirent que c’en était fait, que les mots qui devaient les