Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/338

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Elle voulait demander à Vassenka, par politesse, s’il ne les accompagnerait pas, mais elle se retint.

— Où vas-tu, Kostia ? demanda-t-elle à son mari d’un air coupable en le voyant sortir d’un pas résolu.

Cet air coupable confirma tous ses soupçons.

— En mon absence il est venu un mécanicien ; je ne l’ai pas encore vu, répondit-il sans la regarder.

Il descendit. À peine fut-il dans son cabinet qu’il entendit le pas bien connu de sa femme qui accourait rapidement chez lui.

— Que veux-tu ? Nous sommes occupés, lui dit-il sèchement.

— Excusez-moi, fit-elle s’adressant au mécanicien, qui était Allemand, j’ai quelques mots à dire à mon mari.

L’Allemand voulut sortir mais Lévine le retint.

— Ne vous dérangez pas.

— Il y a un train à trois heures ? demanda l’Allemand. Je ne voudrais pas le manquer.

Lévine ne répondit pas et sortit avec sa femme.

— Que voulez-vous ? lui demanda-t-il, en français, sans la regarder ne voulant pas voir son émotion. Tout son visage tremblait, elle avait l’air piteux, anéanti.

— Je… je veux dire qu’on ne peut pas vivre ainsi, que c’est un martyre…

— Il y a du monde à l’office, ne faites pas de scène, dit-il méchamment.