Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/343

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Les ressorts se sont cassés hier, répondit le valet.

— Alors le tarentass, mais au plus vite. Où est notre hôte ?

— Il est allé dans sa chambre.

Vassenka qui avait sorti divers objets de sa valise, posé sur la table des romances, nouvelles, mettait des guêtres pour monter à cheval, lorsque Lévine entra.

Le visage de celui-ci avait-il une expression particulière, ou Veslovski lui-même sentait-il que « ce petit brin de cour » n’était pas à sa place dans cette famille ? Toujours est-il qu’à l’entrée de Lévine, il parut aussi confus que peut l’être un homme du monde.

— Vous montez à cheval en guêtres ?

— Oui, c’est plus propre, répondit Veslovski ; celui-ci, sa jambe forte posée sur la chaise, achevait de boutonner sa guêtre, et souriait d’un air satisfait.

C’était au fond un si brave garçon, que Lévine se sentit honteux, en sa qualité de maître de maison, en remarquant la soudaine timidité du regard de son hôte.

Sur la table se trouvait une baguette qu’ils avaient coupée eux-mêmes le matin. Lévine s’en empara, et, ne sachant quelle contenance tenir, se mit à la casser en petits morceaux.

— Je voulais… Il s’arrêta. Mais soudain, se rap-