Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/347

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de leur hôte de nouveaux rubans et qu’au moment d’entrer au salon elle avait entendu un bruit de charrette.

Et qu’avait-elle vu ? Vassenka en personne, avec son bonnet écossais, ses romances, et ses guêtres, assis sur du foin.

— Si du moins on lui avait fait atteler une voiture ! Non. Tout à coup on crie : « Arrêtez ! » Enfin, on a eu pitié de lui, me dis-je… Pas du tout. C’est un gros Allemand qu’on lui donne pour compagnon… Et l’effet de mes rubans était manqué !