Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/362

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


pidité de ses mouvements, l’ampleur de sa voix, jusqu’à son ton amicalement brusque lorsqu’elle permit à Veslovskï de monter sur son cheval pour lui apprendre à galoper du pied droit, tout cela révélait une séduction dont elle semblait avoir conscience et se réjouir.

Quand les deux femmes se trouvèrent seules dans la voiture, elles éprouvèrent un moment de gêne tout à fait inattendu. Anna se sentait mal à l’aise sous le regard attentif et interrogateur de Dolly, et celle-ci, depuis la réflexion de Sviajski sur le véhicule, était confuse de la pauvreté de son équipage où elle remonta avec Anna.

Le cocher Philippe et le garçon de bureau partageaient cette impression. Le garçon de bureau, afin de dissimuler sa gêne, s’empressait auprès des dames, les aidant à s’installer ; mais le cocher s’assombrit, se préparant à ne pas s’incliner devant cette supériorité apparente. Il eut un sourire ironique en regardant le trotteur noir, et il décida intérieurement que cette bête-là pouvait être bonne pour le « promenage », mais qu’elle ne ferait pas quarante verstes par la chaleur et d’une seule traite.

Les paysans avaient abandonné leurs charrettes et avec une curiosité joyeuse regardaient les nouveaux venus et faisaient leurs remarques.

— Ils ont l’air contents ! Il y a longtemps qu’ils ne se sont pas vus ! remarqua le vieux à la chevelure bouclée.