Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/383

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


rer à une nouvelle personne, se réjouissant des louanges de Daria Alexandrovna.

— Si vous n’êtes pas trop fatiguée, nous pourrons aller jusqu’à l’hôpital ? Ce n’est pas loin, dit-il regardant Dolly pour s’assurer que cette proposition ne l’ennuyait pas. Veux-tu, Anna ?

— Certainement. N’est-ce pas ? répondit celle-ci s’adressant à Sviajski. Mais il ne faut pas laisser le pauvre Veslovski ni Touchkevitch se morfondre dans le bateau. Il faut les avertir.

— Oui, c’est un monument qu’il laissera ici, dit Anna s’adressant à Dolly, avec le même sourire que lorsque pour la première fois elle lui avait parlé de l’hôpital.

— Une fondation capitale, dit Sviajski ; et aussitôt, pour ne pas avoir l’air de flagorner Vronskï, il ajouta : Cependant, comte, je m’étonne que vous, si préoccupé de la question sanitaire, que vous qui avez tout fait pour l’hygiène du peuple, restiez indifférent aux écoles.

C’est devenu tellement commun, les écoles ! dit Vronskï. Et puis là, je me suis laissé entraîner. Par ici, dit-il à Daria Alexandrovna, en lui désignant une allée latérale.

Les dames ouvrirent leurs ombrelles et s’engagèrent dans l’allée. Après avoir fait quelques détours et franchi une porte, Daria Alexandrovna aperçut devant elle, sur une hauteur, un grand édifice, presque achevé, en briques rouges, d’une archi-