Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/396

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


veau pour elle ; et bien qu’elle n’eût pas l’intention d’en faire son profit, étant donnée la modestie de son ménage, elle en suivait tous les détails et se demandait comment se faisait tout cela. Vassenka Veslovski, son mari, Sviajski lui-même et beaucoup d’autres messieurs de sa connaissance ne pensaient jamais à cela et croyaient sur parole, comme chaque bon amphitryon désire le faire croire à ses convives, que tout ce qui chez lui est si bien arrangé, ne lui coûte aucun effort et se fait tout seul. Mais Daria Alexandrovna savait que même le gruau des enfants ne se fait pas tout seul et que, par conséquent, dans une maison au service si luxueux et si confortable, quelqu’un devait y tenir la main ; et au regard que Vronskï jeta sur la table, au signe de tête qu’il fit au maître d’hôtel, à la façon dont il offrit à Dolly le botvinia ou le consommé, elle comprit que tout incombait au maître de la maison lui-même. Évidemment tout cela ne dépendait pas plus d’Anna que de Veslovski. Comme les autres, elle était une invitée, et comme eux jouissait avec plaisir de ce qui était préparé pour eux.

Anna ne jouait le rôle de maîtresse de maison que pour diriger la conversation, ce qui n’était pas facile avec des convives peu nombreux, de milieux différents, comme l’intendant et l’architecte, qui tâchaient de ne pas paraître intimidés par ce luxe auquel ils n’étaient pas habitués, et ne pouvaient soutenir longtemps une conversation géné-