Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/417

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


aborder ce sujet. Ne me fais donc pas de reproches ; ne me blâme donc pas ; toi qui es si pure, tu ne peux comprendre combien je souffre.

Elle vint s’asseoir près de Dolly, lui prit la main, et d’un air craintif examina attentivement son visage.

— Que penses-tu ? Que penses-tu de moi ? Ne me méprise pas ! Je ne le mérite pas. Je suis seulement malheureuse. Personne n’est plus malheureuse que moi, dit-elle. Et, se détournant, elle se mit à pleurer.

Quand Anna l’eut quittée, Dolly lit sa prière et se mit au lit. Elle plaignait Anna de toute son âme durant leur conversation, mais maintenant, ses pensées se tournaient involontairement vers la maison, les enfants et les enveloppaient d’un charme particulier. Jamais elle n’avait aussi vivement senti combien ce petit monde lui était cher et précieux. Et elle décida que rien ne la retiendrait plus longtemps éloignée et qu’elle partirait irrévocablement le lendemain.

Anna, rentrée dans son appartement, prit un verre et y versa quelques gouttes d’une potion contenant principalement de la morphine ; après avoir bu elle resta quelques instants assise immobile, et une fois calmée, passa tranquillement dans sa chambre à coucher.

Dès qu’elle parut Vronskï la regarda attentivement, étudiant dans sa physionomie les traces de