Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/123

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


montre clairement que Jésus-Christ ne répond pas aux paroles du diable : « Jette-toi en bas », mais qu’il répond à son refus de se jeter en bas. Jésus-Christ, dans la première tentation, ainsi que dans la troisième, ne dit pas : Il est écrit, etc. ; il dit : « parce qu’il est écrit », c’est-à-dire : Je ne me jetterai pas, parce qu’il est écrit.

Dès les premiers mots la voix de la chair veut montrer à Jésus que c’est faussement qu’il se croit un être spirituel et le fils de Dieu. Tu te dis fils de Dieu, tu es allé dans le désert et penses t’affranchir des désirs de la chair. Et le désir de la chair te tourmente. Ici tu ne pourras le satisfaire ; tu ne feras pas de pain avec des pierres, alors va plutôt là-bas, où il y a de quoi faire du pain ou prends-en ta provision, emporte-la avec toi et mange comme tous les hommes.

Voilà ce que dit la voix de la chair dans la première tentation. À cela, Jésus-Christ se rappelle Israël dans le désert. Il dit : Israël est resté quarante ans dans le désert, sans pain, et il s’est nourri, et il est resté vivant, parce que Dieu le voulait. Ainsi ce n’est pas de pain que l’homme vit, mais par la volonté de Dieu.

Alors la voix de la chair, lui représentant qu’il est sur une hauteur, lui dit : s’il en est ainsi, alors toi, fils de Dieu, jette-toi en bas. Tu n’as pas besoin de te soucier du pain, alors prouve-le, jette-toi en bas. Tu dis toi-même que tout dépend