Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


non des soins de l’homme mais de la volonté de Dieu. C’est parfaitement vrai. Il est dit dans les Psaumes de David (91) : Ils te porteront dans leurs mains, de peur que ton pied ne se heurte contre la pierre. Alors pourquoi souffres-tu ? jette-toi la tête en bas ; les anges te garderont et ne laisseront pas le mal t’atteindre.

Aussitôt qu’on donne l’explication vraie des premières paroles, à savoir que ce n’est pas une provocation au miracle, mais l’indication d’une impossibilité, alors celles-ci reçoivent le même caractère et le même sens clair. Dans les paroles du diable : « Jette-toi en bas » se trouve l’objection à l’aide que Jésus espère en Dieu. Mais les paroles suivantes du psaume expriment que si l’homme croit dans la volonté de Dieu et ne vit que par elle, alors il ne peut éprouver de souffrances : les anges le garderont. C’est pourquoi le diable exprime sa pensée : 1o si l’on croit que l’homme vit par la volonté de Dieu et non par ses propres soins, à quoi bon sauvegarder sa vie ? et 2o pour un croyant il ne peut exister aucune privation ni souffrances, ni soif, ni faim, il n’y a qu’à se jeter la tête en bas, s’abandonner à la volonté de Dieu, et les anges nous garderont. Cette seconde pensée : que maintenant Jésus-Christ peut se débarrasser de la faim, si en effet, il croit à la volonté de Dieu, ce qu’il prouvera en se jetant du faîte du temple, est incluse dans les paroles du diable. Cela est confirmé