Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/222

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des hommes les uns pour les autres et non des sacrifices qu’ils m’apportent », vous ne condamneriez pas des innocents. Le sabbat a été institué non par Dieu mais par les hommes, donc l’homme est plus important que le sabbat. »

Une autre fois, également un jour de sabbat, comme Jésus enseignait dans une réunion, une femme malade s’approcha de lui et le pria de la guérir. Et Jésus la guérit. Alors un légiste, le chef de l’assemblée blâma Jésus pour cet acte et dit au peuple : « Dans la loi de Dieu il est dit : il y a six jours dans la semaine pour travailler, et le septième Dieu n’a pas ordonné de travailler. » À cela Jésus demande aux légistes et aux pharisiens : « Ainsi, selon vous, on ne peut pas même secourir un homme le jour du sabbat ? » Et ils ne savent que répondre. Alors Jésus leur dit : Chacun de vous ne détache-il pas le bétail et ne le mène-t-il pas à l’abreuvoir le jour du sabbat ? et si sa brebis tombe dans un puits, ne court-il pas et n’essaie-t-il pas de l’en tirer même le jour du sabbat ? Or l’homme vaut beaucoup mieux que les brebis. Et vous dites qu’on ne peut pas secourir un homme le jour du sabbat. Que vous faut-il donc faire le jour du sabbat : le mal ou le bien ? Sauver l'âme ou la perdre ? Il faut faire le bien toujours, même le jour du sabbat. »

Des pharisiens et des légistes vinrent de Jérusalem trouver Jésus, et ils virent que lui et ses