Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/231

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


parfums précieux. Celui qui considère qu’il n’y a rien à lui pardonner, celui-là aime peu. Celui qui se croit très coupable, celui-là aime beaucoup. Et pour l’amour tout sera pardonné. »

Et il dit à la femme :

« Tes péchés te sont pardonnés ».

Jésus dit :

« Le principal est de savoir comment se considère chacun. Celui qui se trouve bon n’est pas bon ; celui qui se croit mauvais est bon. »

Et il leur raconta une parabole.

Une fois, deux hommes, un pharisien et un impie, entrèrent dans le temple pour prier. Le pharisien priait ainsi. « Seigneur je te remercie de ce que je ne suis pas comme les autres, ni avare, ni menteur, ni débauché, ni fripon comme ce percepteur. Je jeûne deux fois par semaine et donne la dîme de mes biens. » L’impie s’était mis à l’écart et n’osait regarder le ciel. Il ne faisait que se frapper la poitrine en disant : « Seigneur daigne jeter tes regards sur un misérable pécheur. » En vérité, il sera pardonné plus à l’impie qu’au pharisien, car celui qui s’élève sera abaissé et celui qui s’abaisse sera élevé.

Après cela, les disciples de Jean vinrent trouver Jésus et lui dirent : Comment se fait-il que nous et les légistes jeûnions souvent, tandis que toi et tes disciples ne jeûnez point ? Et Jésus leur dit : Tant que l’époux est avec ceux de la noce, personne ne