Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


l’explication, et ensuite d’ajouter : « C’est pourquoi ne t’étonne point…, que de dire, comme chez Jean : « Pour que tu ne t’étonnes pas… je te dis », et de donner ensuite l’explication.


μὴ θαυμάσῃς ὅτι εἶπον σοι, Αεἶ ὑμᾶς γεννηθῆναι ἄνωθεν.


Jean, iii, 7. Ne t’étonne point de ce que je t’ai dit : Il faut que vous naissiez de nouveau. C’est pourquoi ne t’étonne point que je te dise : Nous devons être conçus de Dieu.


Ce verset a une signification importante et profonde, et chacun des mots qui le composent a également une signification importante et profonde. Et cette signification n’est nullement mystérieuse et mystique ; elle est très claire bien que profonde.

Dans le verset 3, il est dit que l’homme doit être conçu du ciel, c’est-à-dire de Dieu. Nicodème ayant compris cette conception au sens charnel, Jésus lui dit que, outre la conception charnelle, il y a encore une conception non charnelle. Et pour exprimer ce qui n’est pas la chair, il emploie le mot esprit.

Maintenant (versets 6 et 8) il explique qu’en l’homme il y a la chair de la chair et l’esprit de l’esprit. Ici Jésus définit ce qui est le commencement de la vie non charnelle, et il dit l’esprit, c’est-à-dire ce qui n’est pas la chair, ce qui souffle, c’est-à-dire se meut et vit où et quand il veut, librement, indépendamment. Et on comprend sa