Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/267

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous fait pas périr, mais nous donne la vraie vie, en dehors du temps, sans aucun mal, comme il est dit dans l’épître de Jean : « Dieu est la lumière, et il n’y a pas en lui les moindres ténèbres ». Et c’est cette vie que nous avons, en supposant notre vie dans cet esprit — lumière, Dieu, qui est la source de notre vie.

L’idée que l’amour est la source de notre vie est exprimée en détail dans la parabole du vigneron et dans l’entretien d’adieu.

7. Dans le verset 18, il est dit que la vie nous est donnée en dehors du temps, en notre esprit ; qu’en nous écartant de la source de la vie nous nous détruisons temporairement, tandis que, si nous ne nous en écartons pas, nous avons la vie en dehors du temps.

La même pensée est exprimée dans l’Introduction, versets 4 et 5, et dans la tentation quand, après que Jésus a résolu de travailler pour Dieu seul, la force de Dieu lui vient en aide.

8. Dans les versets 19, 20, 21, il est dit que ce qui se présente à nous comme la punition, la mort, la destruction, n’est pas la conséquence d’une volonté quelconque, en dehors de nous, de Dieu, comme nous nous le figurons, mais la conséquence de notre propre volonté.

Pour comprendre clairement cette pensée, il ne faut pas perdre de vue que Jésus n’a jamais rien dit de la vie future. Au contraire, la niant abso-