Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/298

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Ayant vu et entendu cela, des pharisiens vinrent trouver Jésus et lui demandèrent comment il pouvait prêcher le royaume de Dieu et nier Dieu ? Il leur répondit : « Le royaume de Dieu que je prêche n’est pas celui qu’ont annoncé les prophètes anciens. Ils disaient que Dieu viendrait, précédé de divers phénomènes, et moi je parle d’un royaume de Dieu dont on ne peut voir la venue. Et si l’on vous dit : le voici, il est arrivé ou arrivera ; ou le voilà, il est là, ne le croyez point. Le royaume de Dieu n’est ni dans le temps ni dans l’espace, ni dans un endroit quelconque. Il est comme l’éclair ici et là, et partout, et pour lui n’existe ni le temps, ni le lieu, parce que le voilà, il est en nous. »

Puis l’ancien des Juifs, un pharisien, Nicodème, vient secrètement chez Jésus et lui dit : « Tu enseignes que le royaume de Dieu est venu et qu’il est en nous, et tu n’ordonnes ni de jeûner, ni de faire des sacrifices. Tu as détruit le temple, quel est donc ton royaume de Dieu, est-il ?

Et Jésus lui répond : « Comprends donc que si l’homme est conçu de Dieu le Père, alors il verra le royaume de Dieu. »

Nicodème ne comprend pas que Jésus voulait dire que chaque homme est déjà conçu de Dieu. Et il dit : « Comment donc un homme, s’il est conçu de la chair de son père, et a vieilli, peut-il rentrer de nouveau dans le sein de sa mère, et être de nouveau conçu par l’esprit de Dieu ? »