Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/310

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Remarques.

1) Quand, chez Matthieu, il est dit qu’avant que Jésus eut commencé de parler : « Ses disciples s’approchèrent de Lui », et chez Luc : « Ayant levé les yeux sur les disciples, il se mit à parler » ; il ne faut pas oublier que si Jésus parle au peuple, son discours s’adresse aux disciples ; et selon Luc, il leur dit : « Vous êtes heureux les pauvres », entendant par le mot « pauvres » lui-même et ses disciples.

2) Chez Matthieu il y a πτωχοὶ τῷ πνεύματι ; et chez Luc tout simplement πτωχοὶ. Y a-t-il addition à l’évangile de Matthieu, ou omission dans celui de Luc ? Pour résoudre cette question, il faut d’abord comprendre ce que signifie dans ce passage πνεύματι.

Voici ce que dit l’Église sur ce mot πνεύματι, « l’esprit [1] ».

Heureux : Quel bonheur comprendre ici, c’est ce que montrent les explications suivantes qui accompagnent chaque fois l’expression heureux ; c’est-à-dire le bonheur du royaume du Messie.

Les pauvres d’esprit. Être pauvre d’esprit signifie avoir une conception modeste de ses qualités spirituelles, s’amoindrir, se regarder comme un pécheur. En général le pauvre d’esprit c’est un humble, celui qui possède la qualité opposée à l’orgueil, à l’ambition, à l’amour propre. Puisque Adam est tenté par orgueil,

  1. Les interprétations de l’archevêque Mikhaïl, évangile de saint Matthieu, p. 66.