Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/331

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’explication est que vous, mendiants, le sel de la terre, vous êtes heureux parce que le royaume de Dieu vous appartient. Mais il n’est à vous que quand vous (le sel) savez que le bonheur réside dans la pauvreté, que quand vous la désirez. C’est alors que vous êtes le sel du monde. Vous êtes l’ornement et le sens du monde. Mais si vous, mendiants, désirez ne pas être mendiants, alors, comme le sel qui a perdu sa saveur, vous n’êtes plus bons à rien, vous êtes le rebut du genre humain. Les vagabonds, les mendiants mécontents de leur sort ne sont plus bons à rien, et si les hommes les piétinent, ils le méritent.

Du fait que vous avez compris que vous êtes heureux en votre état de mendicité, vous êtes la lumière du monde. Et de même que loin de cacher la lumière on la montre, de même, vous autres, ne renoncez pas à votre misère et ne la cachez pas, mais montrez-la comme la lumière. Et cette lumière éclairera les autres hommes ; et les autres hommes regardant votre misère volontaire et votre vie heureuse, comprendront la vie de l’esprit de votre Père.


La loi éternelle.

Μὴ νομίσητε ὅτι ἦλθον ϰαταλῦσαι τὸν νόμον ἦ τοὺς προφήτας· οὐκ ἦλθον ϰαταλῦσαι, ἀλλὰ πληρῶσαι.

Ἀμὴν γὰρ λέγω ὑμῖν, ἕως ἄν παρέλθῃ ὁ οὐρανὸς ϰαὶ ἡ γῆ, ιὦτα ἔν ἣ μία ϰεραία οὐ μή παρέλθῃ ἀπὸ τοῦ νόμου, ἔως ἄν πάντα γένηται.