Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/364

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lui pas donner ? Je jure d’obéir à Ivan Ivanovitch, et il m’ordonne de tuer des hommes, ce que Dieu défend.

On pouvait prêter serment quand on ne connaissait pas la volonté de Dieu, quand il y avait la loi et les prophètes, mais non quand le royaume de Dieu est arrivé.

L’homme est tout entier dans le pouvoir de Dieu, et il obéit à lui seul. Mais il n’a qu’une chose à faire, exécuter la volonté de Dieu. Alors que peut-il jurer ? À qui ? Pourquoi ? Ainsi donc ne jurez point ; dites oui si c’est oui, non si c’est non, et sachez que n’importe quelle promesse confirmée par serment est une mauvaise action. C’est un acte qui vient du malin, c’est un acte sous lequel est cachée la mauvaise intention.


Quatrième précepte : Ne résiste pas au mal par le mal.

Ἠϰούσατε ὅτι ἔῤῥέθη· Ὀφθαλμὸν ἀντὶ ὀφθαλμοῦ, ϰαὶ ὀδόντα ἀντὶ ὀδόντος.

Ἐγώ δὲ λέγω ὑμῖν, μὴ ἀντιστῆναι τῷ πονηρῷ· ἀλλ’ ὄστις σε ῥαπίσει ἐπί τήν δεξιάν σου σιαγόνα, στρέψον αὐτῷ ϰαὶ τὴν ἄλλην.

Καὶ ὅστις σε ἀγγαρεύσει ηίλιον ἔν, ὒπαγε μετ’ αὐτοῦ δύο.

Τῷ αἰτοῦντι σε δίδου· ϰαὶ τόν θέλοντα ἀπὸ δανίσασθαι, μὴ ἀποστραφῇς·

Καὶ τῷ θέλοντὶ σοι ϰριθῆναι, ϰαὶ τόν χιτῳνά σου λαβεῖν, ἄφες αὐτῷ ϰαὶ τὸ ἱμάτιον.

Καὶ μὴ ϰρίνετε, ϰαὶ οὐ μὴ ϰριθῆτε· μὴ ϰαταδιϰάζετε, ϰαὶ οὐ μὴ ϰαταδιϰαθῆτε, ἀπολῦετε ϰαὶ ἀπολυθήσεσθε.