Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/446

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ne me punis point pour mes fautes ; de même que je ne punis personne.

« Si vous demandez l’esprit à votre Père, ne tirez vengeance de personne et votre Père ne vous châtiera point pour vos fautes. Mais si vous ne pardonnez pas aux autres, Dieu ne vous pardonnera pas non plus.

« Ne faites rien encore pour mériter les louanges humaines. Si vous avez en vue les hommes, c’est d’eux que vous viendra la récompense. Si donc tu es miséricordieux envers les hommes, ne le clame point comme le font les hypocrites pour que les hommes te louent. Ils reçoivent ce qu’ils désirent. Toi, si tu es miséricordieux envers les hommes, fais le bien de manière à ce que personne ne le voie, et ton Père le verra et te donnera ce qu’il te faut.

« Si tu souffres la misère pour Dieu, ne pleure point, n’implore pas la pitié des hommes, comme le font les hypocrites pour que les hommes les voient et les louent. Car si les hommes les louent, ils reçoivent ainsi ce qu’ils désirent. Toi n’agis pas ainsi. Si tu souffres pour Dieu, marche avec un visage joyeux afin que les hommes ne s’en aperçoivent pas ; et ton Père verra et te donnera ce qu’il te faut.

« Telle est l’entrée dans le royaume de Dieu. Il n’y a qu’une entrée, très étroite et petite. L’entrée est unique, l’espace autour est vaste, mais en y mar-