Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/50

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que sur un seul point, à savoir : que l’entendement est ce qui exprime Dieu. L’entendement était la compréhension de Dieu, cela signifie que l’entendement exprime Dieu. L’entendement était tourné vers Dieu, il est devenu Dieu, signifie aussi qu’il s’est confondu avec Dieu, qu’il a exprimé Dieu.

La troisième traduction signifie la même chose : l’entendement a pris la place de Dieu, a exprimé Dieu. Cette traduction contient aussi le sens des deux premières. La traduction la plus large, la plus complète, la plus exacte sera donc : Et l’entendement a pris la place de Dieu. 6o Dans la troisième proposition du premier verset ϰαὶ Θεός ἦν ὁ λόγος je change l’ordre des mots et traduis : Et c’est l’entendement qui est devenu Dieu. Je place « entendement » avant « Dieu », parce que, selon l’esprit de la langue russe, le sujet doit être avant le verbe, et le mot λόγος est le sujet, car il est accompagné de l’article, tandis que le mot Θεόν est sans article.

Le verbe εἵναι outre sa signification être, vivre, exister, signifie provenir, se faire, devenir. S’il est dit qu’au commencement était l’entendement, ou la parole, et que la parole était chez Dieu, ou à la place de Dieu, alors en aucune façon, on ne peut dire qu’elle « était Dieu ». Si elle était Dieu, elle ne pouvait être en aucun rapport envers Dieu. C’est pourquoi, dans ce passage, il est nécessaire de traduire le verbe ἦνest devenu et non « était ».