Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/51

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


7o Ainsi traduits, les versets 1 et 2 ont une signification très claire. La conception Dieu est supposée connue, et l’on parle de la source d’où elle est issue. On dit : Selon l’annonciation de Jésus-Christ, c’est l’entendement de la vie qui est devenu l’entendement de tout. Et l’entendement de la vie, selon la doctrine de Jean, a remplacé la conception Dieu ou s’est confondu avec elle.

Si la confirmation d’une telle interprétation de ces deux versets était nécessaire, nous la trouverions dans le verset 18, qui contient tout le raisonnement et qui exprime nettement l’idée que personne n’a connu Dieu, mais que c’est le fils qui l’a démontré dans le λόγος, et dans les suivants où il est dit que tout est né du λόγος, et que sans lui rien ne peut être créé, ainsi que dans toute la suite de la doctrine qui développe la même pensée et confirme la même chose.

Le sens de ce verset est donc celui-ci : Selon l’annonciation du bien par Jésus-Christ, c’est l’entendement de la vie qui est devenu la base et le commencement de tout. L’entendement de la vie a pris la place de Dieu. L’entendement de la vie est devenu Dieu.

C’est lui, qui selon l’annonciation de Jésus-Christ, est devenu la base et le commencement de tout à la place de Dieu.