Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Luther ces paroles sont traduites ainsi : « Omnia per ipsum facta sunt », et « Dinge sind durch Dasselbe gemacht ». En slave c’est traduit par « fut », mais les commentaires qui accompagnent ce mot lui donnent précisément le sens qu’il a dans la Vulgate et chez Luther, c’est-à-dire « créer ».

Je prends le mot ἐγένετο dans son premier sens, le plus simple, qui implique les significations devenir et être. Je n’ai donc point à justifier mon écart de la traduction habituelle, ce sont les traducteurs précédents qui doivent expliquer leur écart de l’original. On ne saurait justifier une traduction aussi arbitraire du mot ἐγένετο par « facta sunt » et « gemacht » ; mais le pourquoi de pareilles traductions inexactes s’explique par l’interprétation de tout ce passage par l’Église.

Λόγος, selon l’interprétation de l’Église, est la deuxième personne de la sainte trinité, et c’est à lui qu’on attribue la création du monde. Dans la traduction latine, au lieu de γίγνομαι, on a employé le verbe « fio » qui ne correspond pas à γίγνομαι, mais à l’une de ses significations : devenir. Dans la traduction de Luther, on a employé le verbe « machen » qui correspond à l’une des acceptions de « fio », dans sa forme active, et ce mot a déjà tout à fait perdu son sens littéral.

Voici l’interprétation de l’Église. (L’Évangile expliqué par l’archevêque Mikhaïl, 1874, p. 14.)