Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/56

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la vie qui est devenu le commencement de tout, maintenant on dit que c’est l’entendement seul qui donne la vie, que sans l’entendement la vie ne peut être. La vie n’est que dans son entendement. Le quatrième verset nous le confirme : la vie se trouve dans le pouvoir de l’entendement. Ce n’est que l’entendement qui donne la possibilité de la vie. La vraie vie est celle qui est éclairée par la lumière de l’entendement. La lumière des hommes, c’est la vraie vie. La lumière donne la lumière, et en elle il n’y a point les ténèbres. Ainsi l’entendement donne la vie dans laquelle il n’y a pas la mort.

Tout ce qui est devenu vrai, vivant, n’est devenu tel que par l’entendement. La vraie vie, selon l’annonciation de Jésus-Christ, n’est venue que de l’entendement. Autrement dit : la lumière, l’entendement des hommes, est devenue pour les hommes la vraie vie, de même que la lumière existe réellement et que l’obscurité n’est que l’absence de lumière. Et l’obscurité ne peut anéantir la lumière.


Ἐγένετο ἄνθρωπος ἀπεσταλμένος παρὰ Θεοῦ, ὄνομα αὐτῷ Ἰωὰννης οὖτος ἦλθεν εἰς μαρτυρίαν, ἴνα μαρτυρήση περί τοῦ φωτός, ἴνα πάντες πιστεύσωσιν δί αὐτοῦ. οὐϰ ἦν ἐϰεῖνος τό φῶς ἀλλ' ἴνα μαρτυρήσῃ περὶ τοῦ φωτός. Ἡν τό φως τό ἀληθινόν ὅ φωτιζειν πάντα ἄντρωπον ἐρχόμενον εἰς τόν ϰόσμον. ἐν τῷ ϰυσμφ ἤν, ϰαὶ ὁ ϰόσμος δἰ αότοῦ ἐγένετο, ϰαὶ ὁ ϰόσμος αὐτόν οὐϰ ἔγνω. Εἰς τά ἴδια ἠλθεν, ϰαὶ οἰ ἴδιοι αὐτόν οὐ παρέλαβον. ὅσοι δέ ἔλαβον αὐτόν, ἔδωϰεν αὐτοῖς ἐξουσίαν τέϰνα Θεοῦ γενέσθαι, τοῖς πιστε-