Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


(Jean, iii, 3-21), il faut se rappeler ce qui est dit au commencement. L’entendement c’est Dieu. Alors devenir fils de Dieu signifie devenir fils de l’entendement. Que signifie : fils ?

Dans le troisième verset il est dit que tout ce qui est né est né de l’entendement. Ce qui est né, c’est-à-dire le fils, et par conséquent nous tous, sommes les fils de l’entendement. Que signifie donc : devenir le fils de l’entendement ? C’est le quatrième verset qui répond à cette question. Il est dit que la vie se trouve au pouvoir de l’entendement, il y a donc double filiation envers l’entendement : l’une, naturelle — tous sont les fils de l’entendement, — et l’autre qui dépend de la volonté de l’homme, de la reconnaissance de la dépendance de sa vie envers l’entendement. De même la filiation charnelle est aussi double : qu’il le veuille ou non, chacun est le fils de son père, mais chacun peut reconnaître ou non son père. C’est pourquoi : devenir le fils de l’entendement signifie comprendre que la vie est au pouvoir de l’entendement. Dans les versets 9-11 il est dit que les hommes ne reconnaissent pas que la vie est tout entière dans l’entendement ; et dans le douzième verset il est dit que cependant, ayant cru en la signification de l’entendement, ils peuvent devenir ses fils, tout à fait, parce que tous les hommes sont nés non de la lubricité de l’homme et du sang de la femme, mais de l’entendement. Il suffit d’admettre cela