Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/64

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce cas ne signifie pas unique, mais un, comme dans plusieurs mots analogues. Par exemple μονοχρόνος : signifie en même temps μονολόγος : — qui parle seul. Dans l’Évangile de Jean, ce mot n’est employé que quatre fois : 1o dans le cas présent : 2o « Personne ne vit jamais Dieu ; le Fils monogène qui est dans le sein du Père » (Jean, i, 18), ; 3o « Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son fils monogène afin que quiconque croit en lui ne périsse point, et ait la vie éternelle » (Jean, iii, 16) ; et 4o « Car celui qui croit en lui ne sera point condamné ; mais celui qui ne croit point est déjà condamné, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils monogène de Dieu » (Jean, iii, 18). Les quatre fois, ce mot est employé dans le même sens de monogénéité.

5) Παρά. Dans plusieurs passages de Jean, les prépositions sont employées dans le sens du verbe : tel est πρός dans le premier verset et ici παρὰ qui signifie provenant de. De même que παρά Θεοῦ signifie descendant de Dieu.

6) Au lieu de πλήρης, on trouve dans certaines copies πλήρη, c’est-à-dire l’accusatif, et se rapportant à δόξα et non à λόγος et signifiant parfait, plein, terminé. Le génitif χὰριτος et ἀληθείας peut dépendre de πλήρη et de δόξα. Dans les deux cas le sens est le même : l’entendement que la doctrine nous a donné est-il tout à fait parfait, ou la doctrine de l’entendement était-elle réalisée complètement ? Je préfère rapporter à δόξα et non à λόγος parce que