Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol21.djvu/86

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Remarques.

1) Βαπτίζω — je baigne, je fais l’ablution. Je préfère l’expression baigner à baptiser, puisque le baptême a reçu dans l’Église la signification de sacrement et n’exprime pas l’action elle même du verbe Βαπτίζω.

2) Εἰς. Je traduis comme signe, traduction très fréquente de cette expression, puisque le sens en n’est pas ici acceptable.

3) Μετάνοια — littéralement réflexion, changement de pensée. « Repentir » traduirait bien si ce mot n’avait pas une signification ecclésiastique particulière. J’emploie le mot rénovation.

4) Ἀμαρτία signifie le péché, mais non dans le sens du péché religieux, le péché en sens d’erreur. C’est pourquoi je traduis par ce mot.


Αὐτός δέ ὁ Ἰωάννης εἶχεν τὸ ἔνδυμα αὐτοῦ ἀπὸ τριχῶν ϰαμὴλου ϰαὶ ζὼνην δερματίνην περὶ τὴν ὀσφὺν αὐτοῦ, ἡ δέ τροφή ἦν αὐτοῦ ἀϰρίδες ϰαὶ ἠελι ἄγριον.


Matthieu, iii, 4. Or, ce Jean avait un habit de poil de chameau, et une ceinture de cuir autour des reins ; et sa nourriture était des sauterelles et du miel sauvage. L’habit de Jean était de poil de chameau ; il était ceint d’une courroie, et il se nourrissait de sauterelles et du suc des plantes 1).

Remarques.

1) Les savants supposent que par miel sauvage il faut entendre la résine des arbres. Pour être plus