Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol26.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IX

Mes rapports avec les enfants furent encore plus étranges. Dans mon rôle de bienfaiteur, je faisais aussi attention aux enfants ; je désirais sauver les êtres innocents qui se perdaient dans ce repaire de débauche et je les inscrivais afin de m’occuper d’eux plus tard.

Parmi les enfants, un garçon de douze ans, Serge, me frappa particulièrement. C’était un enfant hardi, intelligent, il vivait chez un cordonnier et se trouvait sans asile parce que son patron avait été mis en prison. Je le plaignais de toute mon âme et voulais lui faire du bien.

Je raconterai tout de suite comment se termina ma bienfaisance à son égard, parce que l’histoire de cet enfant montre mieux que tout ma situation fausse dans le rôle de bienfaiteur. Je pris l’enfant chez moi et le plaçai à la cuisine. Je ne pouvais pas emmener ce garçon couvert de poux, du re-