Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol26.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


des trente-deux roubles, j’insistai, et tant bien que mal, nous les distribuâmes. Ceux qui reçurent étaient en général bien vêtus, et il ne fallait pas les chercher loin : ils étaient ici-même au cabaret. Le garçon sans bras vint en bottes plissées, chemise rouge et gilet.

Ainsi se termina toute ma bienfaisance, et je partis à la campagne, mécontent des autres comme il arrive toujours, car j’avais fait une œuvre sotte et mauvaise. Ma bienfaisance se réduisait à néant et cessa tout à fait ; mais la marche des idées et des sentiments qu’elle provoquait en moi, ne cessait pas, et le travail intérieur s’opérait avec une force double.