Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol7.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


drais pas pour femme de chambre, cette horrible mégère, cette vilaine femme.

Ne perdons point de temps.

— Ah ! ne parlez pas ! L’hiver dernier, elle s’est introduite ici et elle a raconté au comte de telles lâchetés sur nous, principalement sur Sophie, — je ne puis les répéter, — que le comte en est tombé malade et pendant deux semaines ne voulut pas nous voir. C’est alors, je le sais, qu’il a écrit ce méchant, ce maudit papier, mais je pensais que ce document ne signifiait rien.

Nous y voilà ; pourquoi donc, avant, ne m’en as-tu rien dit ?

— Dans le portefeuille de mosaïque qu’il garde sous son oreiller. Maintenant je le sais, — fit la princesse sans répondre. — Oui, si j’ai un péché, un grand péché, c’est la haine envers cette harpie. — La princesse était presque méconnaissable. — Et pourquoi s’est-elle introduite ici ? Mais je dirai tout, tout. Le moment viendra !