Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol7.djvu/355

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


de l’armée française (j’allais dire de l’armée russe) ne sont rien au près de ce que cet homme fait aux femmes.

La femme est la compagne de l’homme — prononça le prince Hippolyte, et il se mit à parcourir du regard ses jambes soulevées.

Bilibine et les nôtres éclatèrent de rire en suivant les yeux d’Hippolyte. Le prince André vit que cet Hippolyte dont — il devait se l’avouer — il avait été presque jaloux au sujet de sa femme, était le bouffon de cette société.

— Non, je dois vous régaler de Kouraguine, — dit Bilibine bas à Bolkonskï ; il est charmant quand il raisonne sur la politique. Il faut voir ce sérieux !

Il s’assit près d’Hippolyte, et, plissant son front, commença à causer politique avec lui.

Le prince André et les autres les entourèrent.

Le cabinet de Berlin ne peut pas exprimer un sentiment d’alliance, — commença Hippolyte en les regardant tous avec importance, — sans exprimer… comme dans sa dernière note… vous comprenez… vous comprenez… et puis si Sa Majesté l’Empereur ne déroge pas au principe de notre alliance… Attendez : je n’ai pas fini, — fit-il au prince André en lui prenant la main. — Je suppose que l’intervention sera plus forte que la non-intervention. Et… — Il se tut. — On ne pourra pas imputer à fin de non-recevoir notre