Page:Tolstoï - Carnet du Soldat, trad. Bienstock.djvu/23

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


III

« MANUEL » DE L’OFFICIER


« Mais si quelqu’un scandalise un de ces petits qui croient en moi, il vaudrait mieux pour lui qu’on lui attachât au cou une meule d’âne, et qu’on le jetât au fond de la mer.

« Malheur au monde à cause des scandales ! car il est nécessaire qu’il arrive des scandales ; mais malheur à l’homme par qui le scandale arrive ! »

Matthieu, XVIII, 6, 7.


Dans toutes les casernes est affiché, sur les murs, ce qu’on appelle le « Manuel du Soldat » composé par le général Dragomirov. Ce manuel est une collection de phrases soldatesques soi-disant populaires (absolument étrangères à n’importe quel soldat), sottes et effrontées, jointes à des citations sacrilèges de l’évangile. Les citations évangéliques sont mises là pour confirmer que les soldats doivent tuer et mordre les ennemis : « La baïonnette est brisée, frappe avec le poing, les poings sont fatigués, mords à pleines dents. » À la fin du manuel il est dit que Dieu est le général de tous les soldats : « Dieu est votre Général ! »