Page:Tonnellé - Trois mois dans les Pyrénées et dans le midi en 1858.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée

ravin verdoyant, étroit, touffu, où l’on est enveloppé du grondement confus des eaux. (Me rappelle la cascade de Golling, près Salzburg.)

Arrêtés à l’auberge, pris un grog avec délices, et repartis à quatre heures. Magnifique lumière du soir sur le fond de la vallée ; je ne me lasse pas de cette route, la plus belle des environs de Luchon. Nous nous arrêtons à ces près si fleuris, et j’y cours butiner un bouquet. Rentrée à six heures.




Luchon, dimanche, 18 juillet.


P... vient me prendre à neuf heures et demie pour aller chez M. Iambron ; compte rendu de notre course de la Maladetta, et causa ! assez longuement. Projets de courses ; les Pyrénées orientales. Allé à la messe de midi ; l’église est décorée de peintures à fresque sur fond d’or, dont Pellet général est assez bon. Allé visiter