Page:Traitté du jeu royal des échets (Benjamin Asperling de Rarogne).pdf/3

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
PREFACE


CEluy de tous les ſens qui donne le plus de plaiſ‍ir eſ‍t ſans contredit la veüe, à cauſe de la diverſ‍ité des objets que ſe preſentent à nos yeux. Ainſ‍i l’on ſe plait merveilleuſement à voir tantôt une belle prairie ornée de mille & mille fleurs ; tantôt un bocage delicieux & mille autres objets ſemblables, qui par leur diverſ‍ité plaiſent à l’eſprit & aux yeux. Il en eſ‍t a peu prez de même des jeux qui ſont inventez pour le divertiſ‍ſement de l’homme ; Entre leſquels il eſ‍t conſ‍tant, que ceux qui ont le plus de diverſ‍ité donnent le plus de plaiſ‍ir ; ſur tout lors qu’il s’agit ſ‍implement du genie & de la force du jugement. La raiſon de cela eſ‍t que les gens d’eſprit ont naturellement du dégout pour les choſes que l’on conçoit avec trop de facillité ; & par contre ils ſe plaiſent à ſurmonter les plus difficiles ; contraires en cela aux eſprîts bas, qui ſe dégoutent facillement de ce qui leur fait de la peine ; & qui ne ſe plaiſent qu’à ce qui eſ‍t aisé & facile. Mais s’il eſ‍t vray que la diverſ‍ité ſoit neceſ‍ſaire pour plaire dans les jeux ; par cela même il eſ‍t évident que le jeu des Echets eſ‍t le plus a-

A 2