Page:Variétés Tome II.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


48. Pour oster toute occasion de rongner les pièces, ne vaudront chascunes pièces que leur poix. Toutes fois si aucun, par une negligence supine40 et prepostère41, est si temeraire d’en prendre sans les pezer, ils ne s’en pourront prendre à justice.

49. Voyant la plupart de nos confrères, par une malediction specialle, tenir conte par dessus tous autres peuples de diamants, rubis, emeraudes et autres sortes de baguenaudes, que la populasse appelle par un abus de langage pierres precieuses, comme si ce fussent reliques, en quoy mesmement nos dits confrères se desbordent de telle façon qu’ils estiment ès dictes pierres resider des effets miraculeux et qu’elles ayent puissance de faire tumber, tant sur le devant qu’en arrière, les personnes qui s’estiment les plus fortes et advisées, nous, pour deraciner tels abus, qui équipollent à une vraye idolatrie, et cognoissans que telles pierres ne vallent que ce que l’œil les estime, afin que d’icy en avant on ne se hazarde si hardiement à en achepter, permettons à un chacun de vendre indifferemment doublet42 et happelourdes43 avec le dit rubis et diamant, et ordonnons que, si aucun par fortune se


40. De supinus, qui veut dire couché sur le dos.

41. Contre nature. Montaigne parle des prépostères amours.

42. Fausse pierrerie faite de deux morceaux de cristal taillés et joints ensemble à l’aide d’un mastic coloré.

43. Faux diamant. La Fontaine a dit :

Tout est fin diamant aux mains d’un homme habile ;
Tout devient happelourde entre les mains d’un sot.