Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/117

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


uns rmces. 87 soi ;_ee~qui àeïaiten lui faisant un grand talus inté-` rieur (Q ,—awrec une banquette `au plus, dans le haut dudîttnlus. · " ' . I ' ` Gest sur le revers de cette demière?qu’il faut faire amas d’outils , de sacs à terre , piquets, ga- bioirs etifaseines ,··fort abondamment, pour four- nir au logenient_du_chemin couvert , et les mage enths sepàres , des débouchclnens , 'avant que ile rien entreprendre sur le chemin couvert; Sur quoi il y aune cltosebien sérieuse à remar- G’est que comme les places de guerre sont pres- que toutes 'irrëgulièreset différemment situées , il s’en trouve sur des hauteurs ou le ricochet ayant peu de 'Prise ne pourrait pas dominer avec assez aisvaatsge , soit parce que les angles des chemins — couverts en sent trop’élevés', ou qù‘on ne trouve pas de situation propre à placer ces batteries ; telle est, par exemple`, la tête du Terranova· du chà- ,,,"‘,§Q§j, teau Namur, celle du fort Saint-Pierre à Fri- Qfîjfuf bourgren 'Brrisgaw Je fort Saint-Andre de Salim `, la citadelle de Perpignan, celletle Bayonne , celle de Montmédy , quelques têtes de Philisbourg , et plusieurs autres depareille nature. ‘ - Il y a· encore celles où lessituations qui pour- raient convenir au ricochet, sonten marais ou cou- (1) Les -profils-È et C, planche 6, représentent lies gratlius et nou une rampe. ` " ` " '