Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/121

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


urs .px.M;rs. ` gn 1>1to1=•1uÉ·1·1§.s oÉNÉ1uLEs DEs 'rnors PLACES D’ARMÉES.— ' Pour conclusion, ces trois grandes pièces re- @::)*2 lient et communiquent les attaques les unes aux gma- autres pur tous les endroits où il est besoin. C est sur leur revers que se' font tous les amas des maté- riaux. Elles dégagent les tranchées et les débarras- sent des troupes, laissant le chemin libre aux allans ·g·· et venans,fQ‘est chez elles que se rangent les dé- tachemens commandés pour. les attaques, etque se règlent toutes-Iesdispositions quand on-veut entreprendre quelquechose de considérable, soit de vive force ouautrement; Elles ont enfin pour propriétés singulières et très-estimables, d’empé'- cher les `sorties, ou de les rendre inutiles, et de vous mettre à portée de ne point manquer le che- min eouvert. ` ` _ " ·