Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/127

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


mas rmcns. 97 ouvrira toutes les barrières du chemin couvert opposé au; attaques, et même celles de la droite et de la gauche les débordent à même temps , afin de pouvoir sortir #plusieurs corps à la fois. Tous ensemble attaqueront tout le front des _ p trancliées, Si cela arrive à la première .ou à la p deuxième garde de tranchée, cette sortie pour- * rait ··échouer et s’exposer à_ souffrir une grande ` _ perte., parce qu?elle s’éloignerait trop de la place ,. - bet qu’elle essuierait long-temps le feu de la tran.- chée, avant que d’en pouvoir venir aux mains,. sans que sa part.elle' puisse lui rendre la pa- reille; et que de plus elle se mettrait en état d’être coupée- par la 'cavalerie, tant de la garde que du piquet, et chargée à même temps par les grena- diers et gens détachés de la tranchée, soutenus des bataillons, ce serait très-capable de la battre et défaire entierement; c’est pourquoi, quel- L,, dw que forte _que, puisse être une gamison, je ne îâfëffjf crois pas qu’elle se commette jamais à de pareilles ffffî *2 aventures, les deux ou trois premiers jours de g::',;.?; tranchée, ïsi fait bien quelque galopade de cava- "•- lerie de peu d’effet et incapable de rien déranger aux attaques. _ _ . · Les quatre ou cinq premiers jours de la tran- chée , on sera encore loin du'che1nin couvert; mais comme la deuiième place d’armes pourrait bien n?être pas achevée, ne serait pas impossible que l’ennem»i , dans leïdésir de profiter de cette imper- 1. 7