Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/266

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


56 uuqn~i·

•• 1î\¤QK·d¤•0nc¤pût¤ine.d¤eg••~d••« tlmhbüàuquu- ne de see0|iei¢¤;’e6§le§j·ou L mit dw; nüîen g6¤6¤•x·,e•1ln•&iree-

etldreltlhe

c0mptM§h¤minf\îi¤;·d•|0¤¤l·¤l¤¤l¤· ' à Tà mwdwwhnw

 lll~!“¤  

t;¤}:œ§*:¢•·mn¤=l¤« :·. ‘,, . ·· ·:. ·« :4, .,§7 Q¤'qp}pnq¤·¤¤qe•;r,·tn••l¤• mlddbiùu- unes tlrmsiu, la ofünieu n,smbnt··$~rl¤

 À la neîwnmuhünr

1~·va\n•Jm¤n¤¤¤¤r·n•¤¤¤¤¤h¤•¤¤¤6~· B" Q¤'î|· visite 1¤¤Q·ln•q¤’à luuoidène ghee

 queue deunph, clin

quil en soit mieux instruit. e _ — r_0° Qulil monte de petits chevaux, bus dc mille ,bicu traversés , doux , et qui ne soient point umbrageux, pour faire ses tournées , u’ëtaut pas possible qu‘il y puisse fournir ài` pied quand les trnuchécssout un peu avnncées. . ‘ t t·· Qu'0n lui fasse un ou deux repoeoits dans les endroits del; tranchée les plus conwnebles ; ces inêmes licpx>p0ur,miçnt servir après d’ahri·vcnt auapollîcicrs. généraux de garde. ' = ` Après tout ce que nous ayons dit sur le trau- chée , je me sens obligé de déclarer ici une vérité i essentielle , qui est, qu’il n’y :1 aucunlieu sûr dans