Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/291

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


· nus rmczs. ' 26I faut point languir par ce manquement , mais avoir toujours les besoins nécessaires sous la main. ‘ \ · iv. _ i A _ Embrasser toujours tout le front des attaques, ' ·:î•q:¤[\::·; · · · . · n aân d’av01r l’espace nécessaire aux batteries et ammqœ. places d’armes. · ‘ — , v. i Faire toujours trois grandes ligues ou places ' d’armes; les bien situer et établir, leur donnant · toute Pétendue nécessaire. ‘ , ' vi. _ U __ _ « Les attaques liées sont préférables à toutes les autres. , · "t u vu. — _ _ . _ · Employer la sape dès que la tranchée deviendra u. ;m·a· dangereuse , et ne jamais faire à découvert ni par ::"°,j°,:f`jÉ,: force, ce que l’on peut par industrie , attendu que $§‘ff,;,É" "" j Pmdiistrie agit toujours sûrement , ce·que la force qui est quelquefois sujette à' manquer ne fait pas - · t0ujours‘,'et hasarde pour l'ordinaire beaucoup. • .. p VIII. i

 '

Ne jamaisz attaquer par des lieux serrés et ' étroits`, ni' par jdes marais , et encore moins par des chaussées , quand on le peut par des lieux secs et spacieux. · » _ . _