Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/292

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


  • • MM-

. W , H•||•· '||,· nt ¤|| IWHI ' U'|f"J~ ‘ UN M4

 •|·u ·Ã Inu y.e;•##T»·||; .«•Ã•t,,| lvm,

Ne î•m~i• attaquer pp des ¤::gl¤ q¤îpçî•mt<l0g¤nçrHe¤Q l’«¤¤«;;; · . Më}._

  ;fQ_fi,,   ·

Juùnunçuu nwuvuüt n ··'s§ _`—d;» la ` •* . ‘• · M, ··-— ni .i dar'.; «· un •,h•u• 1.·s»·· \• ~ Hmg¢in\·l¤ïL ¤i ii::iT··'Ã'i· de travailleurs, m les mk" unset lesiwtru dïnrmèsdehùoitc et de lagmche, ctyhîgilu }e¤1'üce'¢hn·\*ti9d'üîthlü°‘l\hî¢=l e _ .' ` xl· . Y Lc moyen _le plus sùrde bien réussit à un siege.

 est d’avpi1·.,pne~u*méeA d’9bse.•:gat.ion.  ·, · A. a
  El ,y1,•`,£  `L A ·· ·' ·1 U, * " `aiiî-t2€·

`1*¤w¤m•·m7w rw 9¤vr¤c~¤»· ¤7•¤§·nrë¤ <î¤ |’cnne;;;î.,, qnecehi qui le doit soutmir nceoit ,en état dc le faire. A ; • xii:. _ _ ,— Que ic! bàtteries plodgennteëüiitci fitoèhets , soient bonjours ·sittNu sur ld•*ex11\lade¤=ët"I'evers des pièces attaquées ctnon autrement. " `*•"‘