Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/311

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


un LiA!\TlLI,E,IllE. 281 ques c0mpagniœ.qui· se -s0nt trouvées aux sieges de Luxembourg , Philisbourg, —Munl1eim , Fran- kendal, :Mons, etc; ‘ — ·· · Dans la plupart des équipages de campagne où u,;,;;, il n’y a pas de canomiiers, on estobligé de se M""' ' servir de soldats maladroitsqui ne savent par quel bout prendre un levier , ce qui fait qu’ilest impos- sible que le canon soit bien servi dans un jour d’occasion. i · -L’abattement`dans lequel sont, la· plupart des xvmia oiliciers du` corps , à l’occasion- de toutes ces dé- wm fectuosités, peut encore être compté ponrzdéfaut de ·l'artillerie , dont elle ne se relèvera que par la correction des autres. '. A · . - — · S’i1- s’en trouve quelques autres,.ils sont-peu considérables ·et· îaisés à corrigq-;— mais ,-pour les contenus en ce Mémoire , il suiüt de les faire con- naître pour convenirde la nécessité de leur cor- rection,·qui ne- serapas diûicile, Sa Majestéa ` la bonté de faire attention à ce qui suit. · a 4Mais avant que depasser outre »est'bon—'d0 1.0, remarquer que , de tous lescorps militaires ,. i1¢n’y ‘ en a point de mieux composé que les régimens; ni où la subordination soit mieux réglée ;»et·quel-= que chose qu’on nous dise des phalanges grecques ,- _ légionsgromaines et des janissaires , ïelles n’ont jamais rien eu. qui leur soit comparable ,-et aucun corps ancien ni moderne. n?a.approché de- la dis- cipline ni du bon ordre des régimens; on n’en a