Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


FAÇONS DES LIGNES.


On emploie ordinairement huit, neuf ou dixTemps que l’on emploie aux préparatifs du siége devant la place. jours à la façon des lignes pour les bien faire : aux apprêts du parc ; à l’arrivée des paysans et des munitions, et à se préparer pour l’ouverture de la tranchée. Pendant ce temps les ingénieurs sont distribués le long des lignes, qu’ils se partagent entre eux, pour avoir soin que les mesures y soient observées, et qu’elles se fassent bien. La diligence avec laquelle elles se font, ne permet pas qu’on y puisse apporter grande façon. Il faut cependant faire exactement observer les talus des fossés et les profondeurs demandées par les profils ; autrement, soit que ce travail se fasse par des paysans ou par des soldats, ils en feront les talus gras ou renflés, et ne donneront jamais la profondeur nécessaire au fossé, ni la largeur requise à son fond. Le principal soin de ces ouvrages est l’affaire des officiers généraux, chacun à son quartier ; et celui des ingénieurs, quant aux mesures et façons qu’il faut leur donner. Il faut aussi donner quelque forme au devant et au derrière des parapets de la ligne, ce qui se peut faire, quant au devant, en piétonnant et foulant bien les terres par lits de demi-pied d’épais sur deux ou trois de large, les tapant aussi en talus avec la pelle et le plat de la