Page:Vauban - Traité des sièges et de l’attaque des places.djvu/92

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Q2 4 ATTAQUE mettre en lieu où l’on puisse avoir l’espace né- cessaireà Popération, il n’y a qu’à former l’angle droit b, et tirer la ligne bc, avec des piquets, ladite ligne terminée a 60, 80 ou 1oo toises, plus ou _mo1ns, que vous couperez en trois ou quatre . parties égales, voire six. Cela fait, sur son extré- tw, formez, un autre angle_dr0it Mie au ‘«'pi·emier ,• et tirez la li efc ti, hdéœrimximent, ali ez l’un des de `É transversye bc, coïine e, avec l’ang'),e duieliemin couvert a, vous aurez deux points qu’il faut marquer avec des piquets ou jalons sur la ligne de ces piquets en roculant jusqu’à ce que vous tomvzldans la ligne cd, _ e vous couperez au point f; me- surez enë cf avec une toise pour conwtre sa longue ; ensuite si ce est le tiers de e, prenez trois fois la longueur 0 L vous aurez la distance ab, connue en toises. ' Car les deux triangles abc, ecf,• étant semblables, le côté ab est au côté cf, comme be est à ec; mais be est triple de 08, donc ab sera triple de cf, et par conséquent pour avoir ab, il faut prendre trois fois la longueur de cf(1). ·· (1) Les deux lignes aeet cd , dont la rencontre détermine le point f faisant entre elles un angle très—aîgu, il est difücile de marquer ce point avec précision. Pour y parvenir , l’au-