Page:Verhaeren - Les Flammes hautes, 1917.pdf/104

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA CHANCE


En tes rêves, en tes pensées,
En ta main souple, en ton bras fort,
En chaque élan tenace où s’exerce ton corps,
La chance active est ramassée.

Dis, la sens-tu, prête à bondir
Jusques au bout de ton désir ?
La sens-tu qui t’attend, et te guette, et s’entête
À éprouver quand même, et toujours, et encor,
Pour ton courage et pour ton réconfort,
Le sort ?