Page:Verhaeren - Les Flammes hautes, 1917.pdf/156

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’EST, L’OUEST, LE SUD, LE NORD


Quand tu marches, le pas rythmé, le long des champs,
Aime à nommer pour te plaire à toi-même
Le sud, l’ouest, l’est, le nord,
Mots clairs et doux, mots terribles et forts,
Qui décorent les beaux poèmes.

Qu’ils t’évoquent les bois, les monts et le soleil,
Qu’ils t’évoquent la mer et le grand port vermeil
Illuminant là-bas les confins de la terre,
Qu’ils t’évoquent la brousse et les déserts de feu