Page:Verhaeren - Les Flammes hautes, 1917.pdf/162

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LA FORÊT


La forêt est un monde et sa vie est la mienne.

D’aussi loin qu’il me souvienne,
Sa présence me fut un magnifique émoi ;
Tout jeune encor, quand je m’en fus vers elle,
Je sentis pénétrer sa rumeur éternelle
Obscurément, au fond de moi.