Page:Verhaeren - Les Flammes hautes, 1917.pdf/178

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


LE PREMIER ARBRE DE L’ALLÉE


Le premier arbre de l’allée ?
— Il est parti, dites, vers où,
Avec son tronc qui bouge et son feuillage fou
Et la rage du ciel à ses feuilles mêlée ?

Les autres arbres ? — L’ont suivi
Sur double rang, à l’infini ;
Ils vont là-bas, sans perdre haleine,
À sa suite, de plaine en plaine ;
Ils vont là-bas où les conduit