Page:Verhaeren - Les Flammes hautes, 1917.pdf/50

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


MES YEUX


Oui, tout s’exaltera et fleurira encore
Sans que manque une rose aux jardins de l’aurore
Ou que s’éteigne un astre aux terrasses des cieux ;
Oui, tout rajeunira sous le vent merveilleux
Dans la pleine lumière,
Quand vous, hélas ! ne serez plus, mes yeux,
Que cendre vaine sous la terre.