Page:Verhaeren - Les Flammes hautes, 1917.pdf/56

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’ORGUEIL


Non plus parce qu’il vit d’angoisse et de souffrance,
Mais parce qu’à chaque heure il crée une espérance,
L’âpre univers est plein de foi.

Il n’importe que sous les toits
Dans les demeures,
Quand le jour naît ou qu’il décroit,
Les prières au Christ en croix
Se meurent.